oparcollet
Enthusiast
Enthusiast

Un petit retour d'expérience

Bonjour,

Les périodes d'été sont souvent propices aux réflexions de fond et à la préparation de la rentrée.

Le sujet qui m'accapare actuellement est la mise en place d'une solution de stockage non-stop pour certaines de mes VMs.

Je vais prochainement mettre sur l'établi SRM en même temps qu'un nouveau SAN ; toutefois, celà faisait quelques temps que je souhaitais tester un produit opensource de réplication continue de données sur IP avec certains de mes 'cheap' ISCSI storage servers.

Rappelons qu'un serveur ESX sait utiliser des VMs au travers d'un Datastore distant monté via un share NFS : par exemple un partage NFS sur un serveur Linux.

L'intérêt de la chose me direz-vous ?

  • permettre la haute disponibilité de stockage smili-synchrone sur IP avec deux noeuds NFS en cluster : du RAID 1 en réseau quoi ...

  • son coût d'acquisition : 0,00€

  • sa relative automatisation en terme de reprise sur un incident/reconstruction.

Son nom ? DRDB

Comment ça marche ?

Et bien toute les I/Os sont interceptées par le driver DRDB qui se chargera de les écrire localement et à distance sur son homologue avec un contôle plus ou moins poussé qui peut aller jusqu'au two phase commit à la Oracle.

Le banc de test :

Les linux sont montés en cluster et sont vu comme une même adresse IP, donc le partage NFS du datastore n'existe qu'une seule fois sur le réseau.

Dans cette configurations, j'ai pu faire fonctionner sans problème 10 VMs avec des performances plus que correctes.

L'utilitaire Linux IOSTAT me donne 50 Mo/s avec des accès aléatoires sans cluster sur le stockage ISCSI et 43Mo/s en cluster, la charge générée sur le réseau étant de 7% sur un lien giga.

Bien sûr, je n'ai fait que simuler du trafic mélant SQL, messagerie et partage CIFS dans des VMs W2K3, donc celà reste à affiner.

En arrachant brutalement le câble d'alim d'un des deux frontaux NFS ....et bien les VMs ont continué à fonctionner sur les deux ESXs comme si de rien était.

En conclusion :

Tout en constituant un bon pied à l'étrier pour une pme aux moyens limités, cette solution offre aussi le mérite de pouvoir se faire la main avant de passer à des solutions plus onéreuses,

Enfin elle permet de proposer un stockage d'appoint sécurisé pour un besoin ponctuel.

Nécessite :

  • une virtual infrastructure avec au moins 2 noeuds ESX

  • 2 serveurs frontaux NFS à la CPU plutôt muclée, équipés d'au moins deux cartes réseau gigabit ou deux VM Linux

  • un réseau gigabit qui fonctionne correctement

  • (optionel) si vous utilisez le protocole ISCSI, et si votre réseau le supporte, utilisez les jumbo frame - trames ethernet étendues- à 4 ou 8k

  • utilisation d'un système de fichiers partagé OpenGFS ou CLUSTERNFS sur les noeuds

  • (optionel) deux aires de stockage SAN ISCSI ou FC, on peut utiliser des disques de grosses capacité en interne de nos jours ....

  • une distribution linux : CentOS - clône open source de RedHat Entreprise fait l'affaire

Avantages :

  • ça marche plutôt pas mal et rend une virtual infrastructure quasi indestructible

  • quelles sont les limites avec un SAN FC digne de ce nom ?

Inconvénients :

  • pas de support officiel d'un constructeur ou d'un éditeur

  • quelques heures à passer pour la mise en oeuvre

  • limité à deux noeuds (tiens comme SRM !)

  • il faut maîtriser convenablement Linux

  • ne fonctionne qu'avec deux noeuds

  • à utiliser sur un LAN car peu adapté aux liens WANs ( bien qu'il existe une version payante le permettant)

Ressources :

http://opengfs.sourceforge.net

0 Kudos
2 Replies
alesk
Contributor
Contributor

Et pour ceux qui voudraient se simplifier la vie avec une interface web,

pourquoi pas 2 serveurs Openfiler avec DRBD/Heartbeat :

http://www.openfiler.com/

0 Kudos
oparcollet
Enthusiast
Enthusiast

Un grand grand merci à toi alesk, Il est vraiment génial ce produit !!!!

- On peut le télécharger en ISOs ou en Virtual Appliance -format ESX svp- et directement en 32 ou 64 bits

- Il faut tatonner un chouilla, comprendre que les partitions à créer sous fdisk doivent être du type ee (GPT) et que certains menus débordent alégrement en bas de l'écran ce qui fait qu'on cherche un peu ce que l'on doit faire. Dès qu'on a assimilé tout ça, ce n'est que du bonheur.

- l'interface d'administration est hyper conviviale

- Il supporte nativement le XFS, gage de bonnes perfs, et permet de faire un stockage ISCSI à moindre coût

- il se connecte sans difficultés dans une AD, sous W2K3R2 chez moi

- le tout petit moins, mais vraiment tout petit : il ne supporte pas les Virtual Management Interfaces sur X86 .... c'est dommage, ça permettrait de bénéficier nativement des perfs du hardware, peut-être pour + tard ?

Merci pour cette information, As-tu un retour d'expérience à nous faire partager ?

...ceci étant ... - 59,00€ seulement la doc d'admin, jusqu'à 2299,00€ pour le support illimité à l'année, ce qui au demeurant se défend.

Je vais le télécharger afin de le tester de mon côté.

0 Kudos